Actualité juridique

Premières décisions de retrait des panneaux avertisseurs de radars avant le week-end de l'Ascension

Le 27/05/2011 par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Transport.

Vos réactions...

   

A la mi-mai, le Comité interministérielle de la sécurité routière (CIRS) avait décidé, pour réduire les risques d'accidents de la route, de renforcer les sanctions encourues par les automobilistes imprudents ou en infraction avec le Code de la route, d'interdire la possession d'un avertisseur de radar, de sanctionner davantage les excès de vitesse supérieurs à 50 km/h, et de supprimer les panneaux annonçant les radars fixes.

Interrogé par le député Armand Jung, à propos de cette dernière décision, le Ministre de l'intérieur Claude Guéant a précisé dans une réponse ministérielle du 25 mai 2011 que les panneaux signalant la présence des radars fixes des contrôles de vitesse seront supprimés, pour ceux qui ne le sont pas déjà, après avis des Commissions locales des acteurs de la sécurité routière. Ces Commissions "se réunissent dès cette semaine ; les panneaux commenceront à être enlevés dès la semaine prochaine".

"Je confirme que ces panneaux seront retirés. Pourquoi ? Parce qu'ils n'ont plus d'effet préventif ; trop de conducteurs ralentissent lorsqu'ils voient le panneau et ré-accélèrent ensuite. Or les limites de vitesse doivent être respectées partout".

Les panneaux avertisseurs de radars seront retirés après l'avis d'une commission locale des acteurs de la sécurité routière qui proposera des moyens d'information supplémentaires sur les vitesses, à l'intention des usagers. Et ils le seront en même temps que seront déployés des radars pédagogiques qui rappellent à l'usager la vitesse à laquelle il roule sans le sanctionner.
Ces radars pédagogiques :

  • seront implantés de façon aléatoire et non systématiquement à 400 m d'un radar fixe, comme aujourd'hui;
  • certains seront implantés à des lieux adéquats avant les radars fixes ;
  • d'autres seront implantés à d'autres endroits dangereux sans radar.

Chaque jour, 12 personnes sont tuées sur les routes françaises, 100 sont hospitalisées et 12 garderont des séquelles majeures. La consommation d'alcool, l'usage de stupéfiants, les excès de vitesse, l'utilisation du téléphone portable au volant, la fatigue ou l'inattention, sont autant de causes d'accidents graves et de décès qui peuvent être évitées.

Notons que l'AFFTAC (Association Française des Fournisseurs et utilisateurs de Technologies d'Aide à la Conduite), représentant les principaux fabricants d'avertisseurs radars et systèmes communautaires d'alerte des dangers de la route - Coyote System, Wikango et Inforad - sera reçu le 27 mai par Claude Guéant. Celui-ci aurait déjà décidé de suspendre, pour le moment, la décision du CIRS d'interdire les avertisseurs radars en attendant les conclusions de la mission d'information créée à cet effet.
Cette mission d'information parlementaire sera créée au mois de juin et devra rendre son rapport d'ici 3 à 6 mois. D'ici là, les avertisseurs de radars, qui ne sont pas des détecteurs, pourront être utilisés en toute légalité.

© 2011 Net-iris

   

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :