Actualité juridique

Série de recommandations du ministère de l'Ecologie pour assurer le plein essor du véhicule électrique

Le 21/06/2011 par La Rédaction de Net-iris, dans Public / Transport.

Vos réactions...


Consommateurs, constructeurs et équipementiers automobiles, installateurs électriques, gestionnaires de parkings, associations de protection de l'environnement, élus, représentants des co-propriétaires, etc... sont parmi les premiers destinataires des recommandations élaborées par les services de la ministre de l'Ecologie, Nathalie Koscuisko-Morizet concernant le plan de déploiement des véhicules électriques sur le territoire français.

Souhaitant largement et dès 2012, permettre aux consommateurs et aux entreprises d'acquérir des véhicules électriques, l'Etat sait que la clé du succès résidera dans l'installation à grande échelle des stations de recharge et dans la sécurisation des installations électriques. Aussi, le ministère a présenté à l'ensemble des acteurs concernés par la filière véhicules électriques, les principes qui devront guider la commercialisation des véhicules électriques et l'installation de bornes de recharge au domicile des particuliers, dans les copropriétés ou dans parkings privés et publics.

Concernant la recharge des véhicules électriques chez les particuliers, le ministère estime nécessaire d'adapter l'ampérage de la charge à la qualité des installations électriques du domicile :

  • pour une installation non vérifiée ou un point de charge occasionnel, le véhicule pourra se charger en une dizaine d'ampères (Temps de la recharge : 12h environ) ;
  • pour une installation vérifiée ou mise en conformité, le véhicule pourra se charger en 13 ampères (Temps de la recharge : 10h environ) ;
  • pour une installation pourvue d'une borne de recharge murale dédiée, le véhicule pourra se charger en 16 ampères (Temps de la recharge : 8h environ).
  • pour une charge en 16 Ampères, un diagnostic, une mise en conformité éventuelle et la pose d'une borne murale par un installateur agréé seront nécessaires.

En cas de refus ou d'impossibilité du client à faire contrôler ou installer une prise dédiée, ou pour toute recharge effectuée sur une installation non vérifiée ou non dédiée, la voiture sera livrée avec un cordon limitant par construction sa charge.

S'agissant des espaces de stationnement et de recharge en milieux confinés tels que les parkings souterrains, il sera permis de banaliser le stationnement des véhicules électriques au sein des parkings "sans créer de zones dédiées particulières". En ce qui concerne la recharge de ces véhicules, quatre options simples d'aménagement ont été identifiées afin d'éviter l'incendie simultané de plusieurs véhicules électriques. Ces dispositions sont laissées au libre choix du gestionnaire du parking. Il s'agit :

  • soit de limiter le nombre de prises de charge à une par niveau ;
  • soit de disposer de plusieurs prises de charge sur un même niveau mais en les espaçant d'une distance minimale de 15 m ;
  • soit de disposer de plusieurs prises de charge en un même endroit mais dans un lieu semi-confiné ;
  • soit de séparer les véhicules en charge par des parois "coupe-feu" pour pouvoir disposer de plusieurs prises de charge en un même endroit.

"Ces premières pistes qui peuvent, dès à présent, être mises en oeuvre et permettre d‘équiper les parkings pour lesquels des projets sont prévus à court terme, seront affinées et complétées dans le cadre des travaux qui vont se poursuivre, notamment avec les constructeurs automobiles et les gestionnaires de parkings", prévient le ministère
"Des essais en grandeur réelle sur des véhicules entiers permettront de mieux appréhender ces risques et en conséquence les préconisations en matière de sécurité", ajoute t-il.
A défaut de satisfaire à ces exigences, les installations ne pourront pas être mises en service.

Compte tenu de la rapidité avec laquelle les technologies et les connaissances évoluent dans ce domaine, ces préconisations seront régulièrement adaptées, précise le ministère du développement durable et des transports.

Soulignons qu'un récent rapport élaboré par le sénateur Louis Nègre, a considéré que le déploiement du véhicule électrique et hybride rechargeable" était une opportunité économique et environnementale pour la France", puisqu'il permettra de créer de nombreux emplois, participera à la réduction du CO2 et du bruit en ville, tout en soutenant le secteur automobile et les activités associées.

Outre ses avantages en terme d'empreinte écologique, le véhicule décarboné représente un marché évalué entre 20 à 50 milliards d'euros par an à partir de 2020 en Europe, dont 7,5 milliards en France, dès lors qu'il existe un véritable réseau de points de recharge.

Selon certaines études, pour un utilisateur qui souhaite disposer d'une voiture avec une autonomie adaptée au milieu urbain (150km par jour), le véhicule électrique pourrait avoir un coût équivalent au véhicule diesel (coût d'achat, de location des batteries, de consommation et de maintenance compris).

© 2011 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :