Actualité juridique

La croissance française en 2011 a atteint les 1,7%

Le 15/02/2012 par La Rédaction de Net-iris, dans Affaires / Finance.

Vos réactions...

   

La France n'est pas entrée en récession selon l'Insee, ce qui conforte la prévision de croissance du Gouvernement à +0,5% pour l'ensemble de l'année 2012.

L'Insee vient d'annoncer dans sa dernière note de conjoncture, qu'au quatrième trimestre 2011, le PIB en volume croît de 0,2% après +0,3% au troisième trimestre. Ainsi, en moyenne annuelle, la croissance française se situe à 1,7% en 2011 (après +1,4% en 2010).

Si le ralentissement de l'économie est bien présent, la situation est pour l'instant moins alarmiste que prévue. Le Gouvernement, qui a anticipé une baisse de la croissance française en 2012 - pour la situer à seulement 0,5% dans le cadre de la première loi de Finances rectificative pour 2012 - se trouve donc conforté dans ses prévisions.

Alors que l'environnement international reste difficile, "la réduction de notre déficit commercial au dernier trimestre a apporté une contribution positive à la croissance. L'investissement a accéléré à +0,9% (contre +0,2% au trimestre précédent). En particulier, l'investissement des entreprises s'est montré dynamique (+1,4%). La consommation des ménages a progressé de +0,2%", constate François Baroin dans un communiqué.

Les dépenses de consommation des ménages ralentissent légèrement en fin d'année, tandis que la formation brute de capital fixe accélère. Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) contribue de nouveau positivement à la croissance du PIB : +0,3 point après +0,2 point. La hausse de la production de biens et services est un peu plus marquée qu'au trimestre précédent.

Les exportations augmentent au même rythme qu'à l'été alors que les importations reculent. Le solde du commerce extérieur contribue positivement à la croissance : +0,7 point après +0,1 point. Cet effet est plus que compensé par les variations de stocks qui contribuent pour -0,8 point à l'évolution de l'activité, après une contribution neutre.

Pour ce début d'année 2012, on peut s'attendre à une contraction du PIB au premier trimestre (de 0,1%), avant un petit regain de croissance (de 0,1% également) au deuxième trimestre.

© 2012 Net-iris

   

Pour approfondir ce sujet :

 Information de veille juridique


Commentaires et réactions :