Actualité juridique

L'utilisation de la contraception dans de meilleures conditions de sécurité

Le 11/01/2013 par La Rédaction de Net-iris, dans Santé / Droit Médical.

Vos réactions...


La Ministre des affaires sociales et de la santé rappel l'importance de l'utilisation en sécurité des pilules de 3ème et 4ème génération.

Dans le prolongement des annonces concernant les pilules contraceptives de 3ème et 4ème générations, la ministre de la santé, Marisol Touraine, dans un communiqué du ministère des affaires sociales et de la santé, a informé qu'elle souhaitait que les autorisations de mise sur le marché de celles-ci soient modifiées. A ce titre, elle a saisi l'Agence européenne du médicament.

Le but est de limiter la prescription de ces pilules. Ainsi, elle souhaiterait qu'une analyse continue soit faite des "comportements collectifs de prescription" par le directeur général de la santé, en collaboration avec les professionnels de santé.

Egalement, un dispositif devrait être mis en place afin de faciliter les déclarations d'effets indésirables pour les patients et les professionnels de santé.

Ce communiqué intervient après une première annonce, en septembre, de la décision du Gouvernement de mettre fin au remboursement des pilules de 3ème génération (contenant le progestatif : désogestrel ou gestodène ou norgestimate).

La Commission de transparence de la Haute autorité de santé mettait en avant "un risque de complications thrombo-veineuses (les phlebites), deux fois plus élevé que chez les femmes sous pilules de 2e génération".

Reste à savoir si le dispositif a bien été mis en place afin de protéger des femmes utilisant une pilule de 3ème ou 4ème génération. En effet, depuis plusieurs années, la prescription de la pilule comme moyen de contraception, est devenu une généralisation (les autres contraceptifs étant peu utilisés).

A noter qu'à partir de cette année, par application de l'article 52 de la loi de Financement de la sécurité sociale pour 2013, les jeunes filles dès l'age de 15 ans auront gratuitement accès à la contraception.

© 2013 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

 Information de veille juridique


Commentaires et réactions :