Actualité : en bref

Les pistes de la réforme 2014 des retraites

Le 14/06/2013 par La Rédaction de Net-iris, dans Social / Protection Sociale.

Vos réactions...


L'allongement de la durée de cotisation, le recul de l'âge de départ à taux plein, l'assujettissement aux prélèvements sociaux des pensions.....

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a reçu le 14 juin 2013, le rapport Moreau préparatoire à la réforme des retraites en 2014.
Quelques jours avant, la ministre en charge des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, avait dévoilé le calendrier de préparation, discussion, élaboration et présentation du projet de loi de réforme 2014 du régime de retraite français. Il s'agit du troisième du genre, après la réforme 2003, sous Jean-Pierre Raffarin, et la réforme 2010 des retraites, sous François Fillon.

Et pourtant, le Président élus, François Hollande avait promis dans sa campagne qu'il n'augmenterait pas l'âge de départ à la retraite. Au contraire, il souhaitait accorder plus de droits à certains actifs. Tel a été le cas, avec le décret du 2 juillet 2012. Finalement quelques mois plus tard, une réforme importante est en préparation.

Pour l'heure, le régime des retraites pourrait évoluer de la manière suivante :

  • hausse du nombre de trimestres cotisés pour bénéficier d'une retraite à taux plein (44 ans pour les générations nées après 1966) = recul de l'âge de départ à la retraite pour de nombreux travailleurs.
    Par exemple, pour une génération née en 1989, qui entre sur le marché du travail en moyenne aujourd'hui à 24-25 ans, cela signifie qu'il faudra attendre 68 ans au mieux pour avoir une retraite à taux plein (sans compter les périodes de chômage) ;
  • taxation des pensions de retraites dépassant un certain seuil (assujettissement à prélèvement sociaux) = perte de pouvoir d'achat des retraités, obligation de cumul retraite et emploi à temps partiel ;
  • la révision de certains avantages sociaux accordés aux retraités aisés ;
  • augmenter le taux de la CSG sur les pensions (passage de 6,6% à 7,5%) ;
  • réforme du mode de calcul de la pension de retraite = des retraites moins intéressantes dans le public ;
  • hausse de la cotisation d'assurance-vieillesse de 0,1 point ;
  • une meilleure prise en compte de la pénibilité et de son impact sur l'espérance de vie du travailleur.

La Commission recommande au Gouvernement, pour prendre ses décisions, de s'inspirer du principe d'efficacité (les mesures les moins pénalisantes pour la croissance et le pouvoir d'achat devant être privilégiées) et de justice (en limitant la charge sur les revenus les plus modestes, qu'il s'agisse de retraités ou d'actifs), peut-on lire dans le dossier de presse. A cet effet, elle suggère :

  • de rééquilibrer le système des retraites à court terme par des mesures justement réparties : salariés / employeurs et actifs / retraités ;
  • à long terme, de gérer une trajectoire en prévoyant des rendez-vous réguliers de rééquilibrage des mesures ;
  • de remédier aux inégalités dans l'acquisition des droits ;
  • d'harmoniser et de moderniser les avantages familiaux de retraite ;
  • d'améliorer la lisibilité de la situation entre le secteur privé et le secteur public ;
  • d'augmenter l'emploi des seniors et de tenir compte de la pénibilité.

Les syndicats et les fonctionnaires ont déjà annoncé qu'ils feraient grève à la rentrée de septembre, pour protester contre cette réforme, rapporte LeMonde.

Le contenu du rapport Moreau sera débattu par les partenaires sociaux lors de la conférence sociale qui se tient les 20 et 21 juin prochain. Ensuite, un projet de réforme sera élaboré pour être présenté fin juillet.

© 2013 Net-iris

Pour approfondir ce sujet :

Commentaires et réactions :